Posts tagged ‘elezioni politiche in grecia’

gennaio 13, 2015

Elezioni Grecia 2015, sondaggi: Syriza e Tsipras ancora in vantaggio.

12 gennaio – A pochi giorni dalle elezioni politiche del 25 gennaio in Grecia, in cui si deciderà se il paese vorrà proseguire sulla stessa strada fin qui tenuta o invece ribaltare il tavolo, i sondaggi confermano il vantaggio di Syriza, la lista dei partiti di sinistra radicale guidata da Alexis Tsipras, data al 28,1%. Nea Dimokratia, partito di centro-destra guidato del premier Antonis Samaras è al 25,5%. Terzo To Potami (il Fiume), nuova formazione di centro-sinistra (6,5%), Segue il partito filo-nazista Chrysi Avghì (Alba Dorata) (5,4%), i socialisti del Pasok (al governo con Nea Dimokratia) con il 5,2% e il Partito Comunista (Kke) (5%).

Mag 31, 2012

Rinegoziare il memorandum, per la Grecia e non solo!

Se all’uscita della Grecia dall’euro si attribuiscono sempre maggiori probabilità, non è ancora del tutto chiaro quali sarebbero le reali conseguenze di tale evento sull’economia europea e su quella mondiale più in generale. E in verità sono ormai molte e spesso contraddittorie le opinioni che si confrontano, in una sequenza che va dalla possibilità che la stessa economia ellenica ritrovi un suo miglior equilibrio attraverso il deprezzamento del cambio dopo un primo periodo di aggiustamento, a dinamiche di contagio finanziario a livello globale.

Continua a leggere »

Mag 5, 2012

domani si vota anche in Grecia. Speriamo bene.

Athènes, envoyé spécial. Les élections législatives qui se dérouleront le dimanche 6 mai sont cruciales. Pour l’avenir du pays, son avenir au sein de la zone euro, et pour l’avenir, même, de l’Union Européenne. Mode d’emploi d’un scrutin qui pourrait déboucher sur une Grèce ingouvernable.

Les 300 députés qui siègeront, à partir du 17 mai, 11heures, pour 4 ans au Parlement hellénique hériteront d’un pays en pleine crise: financière, économique, sociale et politique. Une crise totale, donc, à laquelle les réponses apportées – des mesures d’austérité en échange de prêts consentis par les Européens et le FMI – n’ont été d’aucune aide. Au contraire, elles ont même accéléré la descente aux enfers de la Grèce. Pourtant, en raison d’un système électoral complexe, le premier parti arrivé en tête du scrutin, même s’il ne dispose que peu de voix, obtiendra une prime de 50 sièges!

Le Parlement hellénique ou Conseil des Grecs (en grec : Βουλή των Ελλήνων / Voulí ton Ellínon) est le Parlement monocaméral de la Grèce, composé de 300 députés élus pour un mandat de quatre ans au suffrage universel direct par les citoyens grecs.

Le pays est divisé en 56 circonscriptions. La plus grande est celle d’Athènes ; elle regroupe 15% du corps électoral. Au total, 9,8 millions d’électeurs sont appelés à voter. Si le vote est obligatoire, le non exercice de ce droit n’est pas sanctionné – ni pénalement, ni administrativement. En outre, autre incongruité dans ce contexte d’obligation de vote : le vote par procuration n’est pas prévu. Les citoyens grecs résidant à l’étranger ne peuvent voter que dans leur consulat.

Cette année, 32 partis se présentent. En 2007, 21 partis se présentaient, et 23 en 2009.

Le système électoral grec est de proportionnelle renforcée. Dans ce cadre, le parti arrivé en tête au niveau national obtient une prime de 50 députés (1/6 de la chambre !). Cette prime n’était que de 50 sièges jusqu’aux élections de 2009. Mais, pour la première fois, une loi votée en 2008 s’applique. Pourquoi cette prime a-t-elle été renforcée?

Un peu d’histoire s’impose. Jusqu’en 2009, à la Vouli, les conservateurs de Nouvelle Démocratie et les sociaux-démocrates du Pasok alternaient traditionnellement en cumulant, à eux deux, 80% des suffrages. En 2007, malgré la prime de 40 sièges, ND, arrivé en tête ne dispose que d’une majorité de 152 sièges. Ironie du sort : cette prime qui favorisait ND ou le Pasok devrait de nouveau renforcer ND, en tête dans les sondages… mais rendre la constitution d’un gouvernement encore plus difficile car ND pourrait, selon les projections, de pas disposer de la majorité malgré la prime des 50 sièges. Enfin, cette prime ne peut être accorder qu’à un parti et non à une coalition – Syriza, même si cette coalition de la gauche arrivait en tête, ne pourrait donc pas obtenir les 50 députés.

L’instabilité gouvernementale que connaît la Grèce depuis 2007 risque de s’accroître.

Autre élément à prendre en compte: les députés dits « d’Etat ». Ils sont 12 dans ce cas. Leur choix s’effectue directement par les partis, qui s’en voient attribués proportionnellement au nombre de voix qu’ils obtiennent. Ces députés n’auront donc jamais mené de campagne sur le terrain.

Pour être représenté au Parlement, un parti doit franchir la barre des 3% des suffrages exprimés.

Comment les citoyens grecs votent-ils? Par un système de la « croix de préférence » pour les 288 députés – les 12 députés d’Etat étant choisis par leurs partis. Les électeurs apposent ainsi des croix en face du nom du ou des candidats retenus.

Pour résumer, la répartition des sièges se fait en quelque sorte en 3 phases :

  • 238 sièges à la proportionnelle ;
  • 50 sièges parmi les candidats du parti arrivé en tête ayant obtenu les meilleurs scores ;
  • 12 sièges répartis par les partis.

A son arrivée au pouvoir en 2009, le Pasok avait promis une refonte du système électoral. Il voulait réduire la taille des circonscriptions et le vote préférentiel accusé d’alimenter le clientélisme. Cette promesse a fondu comme neige au soleil !

Le seuil électoral de la majorité absolue varie en fonction du nombre de partis qui entreront au Parlement. Au soir du scrutin à un tour, le 6 mai, la Grèce pourrait entrer dans une nouvelle phase d’incertitude, politique.

dicembre 28, 2011

Bond greci al 360% di rendimento.

Le elezioni slittano ad Aprile per consentire al nuovo governo di completare il piano di svalutazione del debito e il regolamento delle negoziazioni con i creditori internazionali. Il ministro delle finanze Venizelos, ha affermato che la situazione è ora più chiara e il governo potrà agire con più calma per raggiungere gli obiettivi stabiliti. Intanto a Gennaio, la Troika vedrà se la Grecia avrà rispettato i patti riguardo il problema debito sovrano.

La situazione in Grecia sembra comunque allarmante vedendo l’economia reale allo sfascio e una situazione sociale sempre più preoccupante. Proprio recentemente abbiamo assistito ad un picco di suicidi nel paese dovuti al peggioramento della situazione economica e all’insostenibilità della vita quotidiana da parte dei cittadini.

Sul mercato, il titolo greco a scadenza annuale rende attualmente il 360%, un rendimento a dir poco preoccupante considerando il possibile impatto sui mercati di una svalutazione continua di questo titolo.